ICI, ce n'est pas POSSIBLE !

Que répondre à une telle affirmation ? Une proposition dans notre texte.


L’INTERVENTION à poser quand tout semble IMPOSSIBLE !

Cela s'apprend ! si cela vous intéresse, venez vous former...


Il y a quelque temps, j’intervenais dans une très grande société spécialisée dans l’immobilier de luxe. Ils m’avaient sollicité pour aider le COMEX à développer leur intention afin d’embarquer le reste de leurs équipes dans un projet de transformation.


Je leur disais qu’il était important d’embarquer la totalité de leurs parties prenantes dans l’élaboration de ce nouveau projet. Ils étaient assez étrangers à ce concept de complétude dans la mesure où durant les décades passées ils étaient plutôt dans la logique tu « top-down » : le COMEX pense et les leaders déploient et les personnes mettent en œuvre. D’ailleurs ce concept de "cascading" est encore bien prégnant dans une grande partie des cultures d’organisation aujourd’hui en France.


Devant ma proposition, je reçus une réaction inattendue : nous fîmes un tour de table et je commençais à entendre le premier dire « ah non, ici ce n’est pas possible », puis un deuxième : « non, on ne l’a jamais fait, cela ne sera pas possible » et un troisième a pris le relais en disant : « ce genre de choses ne marche pas et ici cela n’est pas possible ». Au bout du troisième « c’est impossible », je fis une intervention appréciative (issue de l’état #appreciativeinquiry), une intervention qui renversa la conversation pour la rendre plus générative d’idées.


Quelle intervention ai-je faite ?


J’ai pris ce cas de figure pour un groupe de personnes que nous allons former à l’#appreciativeinquiry deuxième semaine de mai, dans une grande organisation internationale. Aucun des participants n’a pu répondre à cette question. Ils étaient plutôt dans le renforcement de solution (advocacy) et l’effort de conviction plutôt que dans le questionnement (inquiry).


Et vous, qu’auriez-vous répondu à ces membres de COMEX qui l’un après l’autre répondaient : « Non, ici ce c’est pas possible » ?


Notre intervention : après le troisième "ce n'est pas possible", j'interrompis le tour de table et j'accusais réception de ce qui n'était pas possible ; je laissais ensuite dix secondes de silence avant de reprendre la parole et je leur demandais : "qu'est ce qui est possible ici ? ". Ils restèrent interloqués pendant une quinzaine de secondes et la conversation reprit une autre tournure vers ce qui était possible, désirable, actionnable etc...

Cela semble si simple, et pourtant ! Y aviez vous pensé ? Nous sommes plutôt cablés pour renforcer un message plutôt que pour aller dans le questionnement.


Si vous voulez acquérir cet état d'esprit appréciatif, ces réflexes qui ne sont pas si évidents que cela, venez vous former avec nous, à la suite de centaines de personnes que nous avons formées dans le monde entier.


Vous trouverez toutes les informations en allant sur la page suivante : https://tinyurl.com/yfwnata7


-



73 vues0 commentaire